AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(+) let me steal this moment from you now.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:01



persephone leah hudlow


il ne faut pas lier un navire à une seule ancre, ni une vie à un seul espoir.


Mon histoire a débuté le premier août mille-neuf cent quatre-vingt cinq, dans une lointaine contrée prénommée chicago, me dessinant comme une américaine. Également d'origine irlandaise, vingt-huit printemps se sont écoulés depuis, le temps coulant et défilant à une vitesse défiant toute imagination. Je me suis façonné, et je suis désormais apte à assumer une personnalité qui m'est unique, mêlée de qualités qui me subliment, à savoir que je suis patiente, enjouée, minutieuse, honnête, joueuse, passionnée, à des défauts qui m'assombrissent, à savoir que je suis hyperactive, impulsive, têtue, arrogante, garçon manqué, curieuse, possessive. Vous endormir, ou vous faire fantasmer sur un physique que des mots ne pourront véritablement esquisser dans votre esprit, serait vous faire du tort, ainsi je me contenterais de dire que je ressemble  étrangement à alona tal. Je suis donc bien une femme. Vous ne l'aviez deviné ? Ma vie amoureuse est chaotique, mais je sais aujourd'hui m'intéresser aux hommes  et je suis épanouie. D'ailleurs, je suis célibataire, depuis quelques temps à savoir deux mois, bien que ça n'interfère pas dans ma vie professionnelle. Je suis en effet flic à la criminelle. En conclusion, et après ce petit retour sur moi-même, je pense être i live very well with..


Votre Secret
Tu penses qu'aucun secret ne se dissimule derrière ces deux grandes perles sombres où brillent malice et détermination. Pourtant, jeune inconnu, tu te trompes. Il ne faut jamais se fier au sourire d'un ange et encore moins lorsque cet « ange » se prénomme Persephone. Les étoiles s'étirent sur une nuit obscure, illuminant les ruelles d'une Chicago endormie. Deux coups contre un panneau de bois. Des cris. Des pleurs. Un hurlement strident, déchirant. Un meurtre. Encore un. Jeune femme retrouvée dans son lit, drapée de blanc, le regard étein,t fixant un plafond qu'elle ne pourrait plus jamais mirer. Et cette initiale, ce C sanglant gravé sur sa clavicule. Une scène de déjà vu, sauf que cette fois-ci, elle était une proche de cette chère policière qui quand elle passa la porte de la chambre se figea douloureusement, devenant livide, la nausée la prenant à la gorge. C'était l'une de ses amies, une de ses filles qu'on rencontre lorsqu'on est aux études, qu'on perd de vue avant de se retrouver, plus proches qu'avant. Les larmes ne vinrent, seulement la rage, la haine, le dégoût, l'ambition. Elle n'en a jamais touché mot à quiconque, même pas à ses deux frères desquels elle est très proche. C'est une affaire sur laquelle elle travaille longuement, en plus de ces autres dossiers qui viennent trouver la surface lisse de son bureau. Un dossier secret, un meurtrier qu'elle coincera un jour, meurtrier qui lui a souvent envoyé des lettres anonymement, la prévenant que si elle n'arrêtait, elle serait un des noms sur sa prochaine liste. Et pourtant vois-tu, elle n'a jamais laissée tombé ce dossier tant que cette personne ne sera pas enfermée derrière des barreaux en acier.


Tics & Habitudes
✎ Son travail occupe une grande partie de son existence, c'est presque si elle n'est pas obsédée par ce dernier. Son supérieur doit souvent l'obliger à prendre des congés ou des vacances car elle ne fait d'elle-même ce genre de chose, préférant être sur le terrain ou assise derrière son bureau, à découvrir de nouvelles affaires. ✎ Il se trouve qu 'elle est très à l'aise avec les armes, qu'elles soient à feux ou blanches. Son flingue reste toujours à porter de main et elle a un petit poignard dissimulé sous le cuir de sa bottine pour si jamais la situation tourne mal. Plusieurs fois par semaine, elle se rend au stand de tir pour s'entraîner. ✎ Elle possède un chien berger allemand qui se nomme Lucky et qui la suit partout comme son ombre, chien qu'elle avait recueillie après avoir été témoin de son éjection d'une voiture qu'elle ne su rattraper. Elle l'a soigné, élevé et cela fait deux ans qu'il partage sa vie. Il arrive qu'elle l'emmène lorsqu'elle doit travailler tard le soir pour qu'il ne se sente trop seul et qu'elle lui tienne compagnie. ✎ Elle n'a jamais été jusqu'à l'université. Dès le lycée terminé, elle a attendue la majorité pour s'inscrire à l'école de police. Cela fait dix ans qu'elle est dans ce milieu et cela ne fait quelques mois qu'elle a intégrée la criminelle. ✎ Elle peut se montrer extrêmement possessive envers les gens qu'elle aime. Elle se mêle très vite de la vie de ses proches, sans demander bien entendu leur accord, pouvant se montrer agressive et sortir les griffes si nécessaire si jamais on leur fait le moindre mal. ✎ Elle n'a jamais touché une cigarette de sa vie, par contre, sa consommation d'alcool est assez excessive. Il lui arrive très souvent de traîner dans les bars lors de ses (rares) jours de congé ou après son service. Elle en profite pour décompresser et gare à un quelconque homme qui essayerait de troubler ce moment de paix. ✎ Tout les matins, elle a besoin de son café noir, sans lait, ni sucres pour démarrer la journée. Sinon elle peut se montrer d'humeur massacrante. ✎ Elle est beaucoup plus salé que sucré, il est très rare d'ailleurs qu'elle consomme une quelconque sucrerie.  ✎ Il se trouve qu'elle a une phobie : l'obscurité totale. Elle n'est pas du genre à être hystérique, se mettant à hurler et à courir dans tout les sens, mais elle est très mal à l'aise et à l'impression d'étouffer. Son appartement d'ailleurs n'est jamais complètement dans le noir. ✎ Elle a en horreur les jupes, robes ou talons hauts. Si elle n'est féminine dans sa tenue, cela ne veut pas dire qu'elle ressemble à un homme des cavernes. Elle prends soin d'elle mais ne veut ressembler à une poupée barbie ou à « un modèle dans un de ces magasines d'adolescentes attardées » d'après ses propos. ✎ Elle peut paraître froide aux premiers abords, surtout dans son travail, mais elle est très touchée par les affaires qu'elle traite. La mort d'une de ses amies l'a rendue plus tenace dans ses affaires qu'elle ne l'était auparavant. Elle fera payer le meurtrier que ce soit vif ou mort.


De l'autre côté du Miroir
Pseudo ﮦ chal/tine. Âge ﮦ vingt-trois ans et des poussières de fées; Sexe ﮦ hermaphrodite. Où as tu découvert le forum? ﮦ par nik quasi sans-tête.  quelles sont tes impressions? ﮦ il est juste magnifique avec une bonne ambiance. Désires tu être parrainé(e)?ﮦ nope. Fréquence de connection ﮦ 6/7.  Un dernier mot? ﮦ non jean pierre.



Code:
<taken>Alona Tal</taken>  ﮦ <pseudo>persephone l. hudlow</pseudo>


Dernière édition par Persephone L. Hudlow le Lun 9 Sep - 12:11, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:01





at the beginning

leave out all the rest.
1er octobre 1985. « Ils sont adorables n'est-ce pas ? » Une même phrase répétée encore et encore lorsque les proches, la famille venaient embraser le seuil de la porte d'entrée pour admirer ce garçon et cette petite fille nés il y a deux mois de cela au Cook County Hospital. Deux petits êtres qui ne pouvaient se rappeler à présent la tiédeur de ce cocon et où ils étaient restés lovés pendant des mois avant d'être aveuglés par la lumière d'un monde qu'ils ne connaissaient, hurlant leur peur et leur angoisse dans cette petite chambre avant de retrouver la chaleur du corps d'une mère qui était leur seule repère dans ce monde où ils se perdaient. Deux petits doigts qui s’entremêlaient dans ce même berceau, faux jumeaux unis par une intimité partagée, par un lien si fort qu'en grandissant, ils seraient difficile de les séparer l'un de l'autre. « Comment s’appellent ces deux petits anges ? » demanda une vieille tante du côté maternel attrapant la petite main entre ses doigts boudinés avec cette sensation d'être un animal de cirque, miré pour son étrangeté et sa beauté. « Tristan-James et Persephone. » murmura d'une voix douce la matriarche, souriant à cette femme qui ne cessait de mirer les deux petits êtres qui se débattaient dans leur berceau, certainement lassés de cette attention portée à leur encontre. Seule une présence manquait à l'appel de ce rassemblement, celle d'un père dont les deux petits ignoraient qu'ils étaient les fruits d'un adultère, d'une passion non dissimulée, qu'il y avait une autre femme et qu'ils étaient le frère et la soeur d'autres enfants qu'ils ne tarderaient à connaître face à la cruauté de l'existence, face au destin qui décida de voler une vie à ces enfants nés d'un premier mariage et qui découvriront ces jumeaux qui ont rejoint le clan Hudlow sous un soleil d'été, deux mois plutôt.

12 décembre 1993. « Papa ? » Il avait levé son regard par dessus ses lunettes rondes, observant la petite Persephone qui, de ses yeux sombres, mirait le visage d'un père assis derrière son bureau. Son air était renfrogné, prémices d'une dispute qui avait du avoir lieu avant qu'elle n'embrase le seuil du bureau. « Que se passe t'-il mon ange ? » souffla doucement le père, se levant de son fauteuil pour s'approcher d'une enfant dont il pu voir le visage tiré par la colère. « Nikolaas est méchant. Il ne veut pas me laisser jouer avec TJ. » bougonna t'-elle en croisant ses petits bras contre sa poitrine tandis que le père eut un sourire tendre, s'accroupissant à la hauteur de la petite fille, glissant ses doigts sur la joue rosée de cette dernière. « Il faut que tu sois gentille avec lui...Ce n'est pas facile. Ni pour lui, ni pour ses deux soeurs...Pourquoi ne jouerais-tu pas avec l'une d'elle d'ailleurs ? » L'air de l'enfant semblait encore plus offusqué. « Je n'aime pas la grande, elle me dit que je suis un bébé et Wen elle pleure tout le temps quand on joue, je veux juste jouer avec TJ. » De toute façon, elle trouvait les filles ennuyantes, parlant de poupées et de chanteurs dont la musique lui cassait les oreilles. Elle n'avait que des amis garçons dans sa petite école, jouant au football ou au basket, faisant des parties de cartes et jouant à des jeux de guerre, délaissant les jeux d'une petite fille âgée de huit ans. TJ était son principal compagnon de jeu, l'un et l'autre ne voulant jouer sans son jumeau. Mais depuis que les trois enfants étaient entrés dans leur vie, l'univers des deux inséparables en étaient chamboulés. TJ s'était rapproché de son demi-frère, jouant moins avec la jumelle qui se sentait délaissée pour un enfant qui n'avait que la moitié de son sang. Elle n'avait pris le temps de connaître le petit garçon aux cheveux sombres, le calculant comme rival alors qu'elle ne se préoccupait des deux soeurs, du moins pendant les mois qui précédaient l'intrusion des enfants dans la petite maison familiale. Son enfance s'écoulait lentement, mêlée à une jalousie qui vint à s'évaporer avec le temps, la rendant indifférente alors qu'elle se tournait vers la petite dernière des Hudlow, Wen, qui devint sa compagne de jeu et qu'elle affectionnait, la protégeant, comme une grande soeur le devait.






everything is wrong

21 février 1998. « Pardon ? Privée de sortie ? C'est une blague j'espère ? » Regard d'un émeraude teinté qui observait, médusé, deux adultes qui avaient pris une décision des plus scandaleuses et tout ça sur un motif qu'elle trouvait exagéré. Elle marmonna des injures, faisant hausser les sourcils de parents dépassées par le caractère si vif de l'adolescente. Sans ajouter la moindre parole, elle tourna les talons, claquant la porte assez brutalement avant de d'attraper son blouson de cuir qu'elle mit sur ses épaules, sortant de cette maison qui commençait à l'étouffer. « Perse' ! » Elle se retournait lentement, faisant face à un jumeau aux traits semblables mais masculin qui l'observait de ses yeux sombres. « Qu'est-ce que tu as encore pu faire pour mettre nos parents dans cet état ? » Elle haussait vaguement les épaules, tripotant le bas de son blouson. « Cette petite peste d'Aria n'avait qu'à pas me chercher. » clamait la jeune blonde faisant sourire le jeune homme qui ébouriffait les boucles éparses de la jeune fille. « Tu es une vraie dure à cuire. Je te verrais bien plus tard garde du corps ou tueuse à gage.  » ironisait-il devant les protestations de sa jumelle qui enlevait sa main des blés qui volaient sous cette brise hivernale. La neige n'avait que partiellement recouvert le sol d'un blanc nacré, donnant des airs féeriques à ce petit jardin du centre ville. Le printemps ne semblait pourtant approcher, laissant encore l'hiver bien ancré dans la citée. « De toute façon, dès que j'aurais dix-huit ans, je m'en irais d'ici. » continuait t'-elle après un moment de silence, sachant que c'était la méthode de son frère pour l'apaiser. Il savait comment la manier pour adoucir ses fortes colères qui s'envolaient bien assez vite en sa présence. « J'espère que tu n'auras pas de colocataire car il va fuir au bout de dix minutes. » disait-il d'un ton taquin, grimaçant légèrement de douleur lorsque la blonde vint le frapper à l'épaule en lui jetant un regard sombre, mais un sourire naquit sur le rosé pourpre. Sa rage s'était envolée aussi vite qu'elle était venue et ils partirent tout deux, bras-dessus, bras-dessous, retrouver ce terrain vague à quelques pâtés de maisons où ils allaient souvent pour se couper de la réalité et discuter durant des heures, comme de vieux amis qui retraçaient les souvenirs d'une existence bien vécue.

25 décembre 2001. « Wen ? » Elle était introuvable, cette petite brune qui avait disparue de sa vision pendant quelques secondes, s'étant précipitée dans le fond du jardin enneigé. Il ne fallut pas longtemps pour la trouver, appuyée contre le tronc de ce chêne qui leur servait souvent de cachette étant enfants. Son visage était à moitié caché par son immense écharpe en laine, mais elle pouvait voir ses yeux noisettes brillé de tristesse. Et elle ne connaissait qu'une seule personne qui pouvait effacer le sourire de son si doux visage. « Wen... » Sa voix était plus douce alors que sa main vint caresser doucement les cheveux découverts du bonnet. La benjamine leva lentement les yeux vers elle, elle qui affichait un sourire compatissant sur ses lèvres. « Je le déteste... » soufflait finalement la brune en baissant à nouveau les yeux vers le sol, reniflant sur ses paroles. « Je sais. » Elle n'avait jamais compris le départ aussi soudain de ce grand crétin de demi-frère qui du jour au lendemain avait disparu de leurs vies, sans n'envoyer aucune lettres à cette petite soeur qui ne cessait d'espérer son retour. Ce départ ne l'avait atteint elle, moins que son jumeau qui avait été attristé pendant quelques jours avant d'afficher à nouveau ce sourire charmeur et farceur, mais elle savait que ce départ continuait de le travailler, lui qui avait été si proche de ce demi-frère qu'elle avait toujours mis au rang de rival pour accaparer un jumeau qu'elle avait considérée comme sien étant enfant. Et puis elle avait grandie, étant devenue indifférente face à l'aînée et au brun qu'elle ne savait supporter. Wen était la seule de cette famille recomposée qu'elle avait aimée, prise sous son aile. « Tu penses qu'il sera là l'année prochaine ? » La colère était diminuée, pour une question emplie d'espoir, celle d'un retour, d'un héros, d'un modèle. Elle ouvrit ses bras et accueillie la plus jeune dans ceux-ci, caressant doucement sa tête tout en posant sa joue contre celle-ci, la berçant doucement dans ses bras, fleur fragile qui avait vu l'orage et la tempête, fleur qui avait du mal à éclore, pouvant pourtant devenir une magnifique plante qui dépasserait ses comparses dans un jardin printanier. « Je ne peux pas te le promettre Wen, mais peut-être qu'il sera là pour Noël prochain. » Mais elle savait inconsciemment que ce ne serait le cas et la petite brune avait l'air de le penser aussi. Elle se détacha de l'étreinte de la blonde, déposant un rapide baiser sur sa joue avant de disparaître à l'intérieur, rejoindre le reste d'une famille pour des festivités qui sonnaient fausses. Elle leva lentement les yeux au ciel, son nez se fronçant. « Tu n'es qu'un enfoiré Nikolaas. » maugréait-elle avant de rejoindre les autres pour la traditionnelle ouverture des cadeaux.



Dernière édition par Persephone L. Hudlow le Lun 9 Sep - 12:27, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:02





in the end.

same stars we shared
06 avril 2004. Ses yeux pétillaient de mille-feux. Elle n'avait jamais ressentie pareil accomplissement. Elle avait enfin réalisé ce rêve que beaucoup pensait irréalisable. On la voyait avocate ou médecin du côté adulte alors que le frère ironisait sur une criminalité qui aurait pu lui ouvrir les bras vu son caractère peu facile. Mais elle était devenue ce qu'elle rêvait d'être, jeune policière portant fièrement cet uniforme de sa réussite, celle d'une école de police qu'elle avait rejointe pour finir dans les meilleures éléments, au côté d'un demi-frère retrouvé et dont la rancoeur s'était envolée face à un lien qui commençait à se construire, qui avait été tardif à naître. Elle descendit l'estrade, rejoignant une famille qui l'enlaçait, au comble du bonheur pour cette réussite si espérée. Elle fut soulevée du sol par un jumeau au rire contagieux, la faisant tournoyer dans ses bras. « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis fière de toi blondie. » Elle affichait une moue réprobatrice, remplacée par un sourire plus pétillant avant d'embrasser longuement la joue du jumeau qui finit par la relâcher. Un demi-frère qui esquissa ensuite un pas, affichant un léger sourire sur ses lèvres. « Félicitations. » Elle penchait légèrement la tête sur le côté d'un air indifférent avant qu'un sourire n'emplisse ses lèvres. « A toi aussi. » Ce fût une simple étreinte amicale, mais qui marquait le début d'une réconciliation pour les uns et d'une guerre pour une autre. Il tapotait légèrement son dos avant de souffler à son oreille. « On va être amené à travailler ensemble maintenant. » Elle se détachait ensuite, roulant des yeux, faussement exaspérée. « Ne parle pas de malheur. » Et elle s'éloignait de quelques pas sur un sourire taquin, observant autour d'elle à la recherche d'un visage qui semblait absent. « Où est Elyan ? » Elyan, petit ami depuis quelques mois, homme qu'elle avait fait entrée dans sa vie et dans son lit. Le jumeau haussait négligemment les épaules. Un portable sorti, une sonnerie en écho. Il n'était venu alors qu'il lui avait pourtant promis d'être présent. Elle s'éclipsait bien vite de la remise des diplômes, se rendant dans son appartement pour espérer le trouver...Et elle le trouva. Dans le lit. Avec une autre femme. Une histoire d'amour brisée par une tromperie. Une gifle, des injures et une porte claquée. Huit mois. Huit mois où elle pensait qu'il ressentait ce qu'elle avait mis longtemps à admettre. Et elle se promit au fond que ce serait la dernière fois qu'elle se laisserait avoir par ses sentiments. Les hommes étaient des abrutis, ne réfléchissant qu'avec un seul cerveau et ce n'était celui qui était dans leur boîte crânienne.

31 mai 2007. « Persephone ? » La blonde se retournait lentement, café en main, ouvrant grand les yeux devant cette silhouette féminine qu'elle avait perdue de vue, il y a bien des années de cela. « Oh mon dieu Elena ! » Des sourires, des rires, une longue étreinte. Une amie lycéenne, une des seules filles qu'elle avait aimée, qu'elle avait fait entrée dans ce cercle très fermé qu'était ses amis. Une amie qu'elle avait retrouvée malgré les années qui s'étaient écoulées. Elles s'éloignèrent de ce stand vendant des boissons chaudes en quantité ahurissante, se dirigeant vers un petit banc où elles s'installaient pour discuter du bon vieux temps. Elle ne fut surprise d'apprendre qu'Elena avait réalisé son rêve, devenir une rédactrice d'un magasine de mode qui apparemment se vendait bien dans ce monde clos où elle n'avait jamais mis les pieds, mode qu'elle n'avait abordée d'aucune manière. « Et toi, que deviens-tu ? » demanda son amie en buvant une longue gorgée d'un café crème que la blonde lui avait offert. « Flic. » Des yeux qui s'écarquillèrent, curiosité et attirance malsaine qui prenaient souvent toute personne lorsqu'on révélait un métier qui s'avérait dangereux comme passionnant. Et elle expliquait différentes affaires qui ne concernaient pour l'instant que la base. Mais elle était lassée des patrouilles, de former des jeunes qui faisaient leur premier pas dans le métier. Aucune branche de la police ne l'intéressait, exceptée celle de la criminalité. Affaires sanglantes, morbides, adrénalines, actions. Dans quelques années, elle serait assez gradée pour passer le test d'entrée et elle espérait pouvoir faire partie de cette équipe détonante. Elena l'écoutait, passionnée par ses rêves, par cette détermination qui l'animait. Une voix interpella soudainement son prénom, elle releva légèrement la tête et vit son jumeau qui lui fit des grands signe de la main, regard posé sur cette brune assise à ses côtés. « C'est TJ ? » murmura la brune en se redressant légèrement. « Oui. » Les vermeilles s'étaient posées sur le visage de cette amie et elle vit qu'elle mirait le corps de son jumeau. Une légère grimace avant qu'elle ne secoue la tête. « Il est pris, désolée. » C'était bien évidemment faux, mais elle savait que Elena était instable émotionnellement parlant et il était hors de question que son frère paye les frais d'une nouvelle rupture douloureuse. « Oh... » Elle semblait déçue avant qu'un sourire ne vienne se dessiner sur ses lèvres crayonnées de rouge. « Tu n'avais pas un autre frère...Nikolaas c'est ça ? » « Ne te fatigue pas, il est également pris. Marié et deux enfants dont un en route. » Encore un mensonge éhonté, possessivité qui naissait face à deux frères qu'elle ne voulait qu'on approche sans être passée par elle. Accident qui fut oubliée lorsqu'elle fit un signe de main à son amie avant de se diriger vers son jumeau, qui l'attendait quelques pas plus loin.





even angels fall
28 août 2012. Elle venait seulement d'intégrer la criminelle depuis quelques jours, une réussite, un avenir qui se dessinait, une passion pour un métier qu'elle n'hésitait à montrer. Une affaire, une de plus, un appel d'une voisine qui avait trouvée le corps sans vie de cette jeune femme qui habitait en face de chez elle, dans son lit. Elle n'avait hésité, glissant derrière le volant de sa voiture, flanquée d'un partenaire qu'elle trouvait tout sauf utile. Le bâtiment se dessinait, aux briques rouges, ressemblant à tous mais marqué à jamais par un meurtre sanglant entre ses murs. Elle sortit de la voiture, claquant la portière et n'attendit son collègue, montant rapidement les escaliers pour atteindre le deuxième étage. La voisine pleurait contre un policier qui essayait de la consoler. Elle passa ce long ruban jaune qui affirmait qu'un crime avait été commis en ces lieux avant d'attraper une paire de gants en latex qu'elle enfila, se dirigeant vers la chambre qu'un policier lui indiquait, tout en l'accompagnant. Et un nom. Nom qui fut prononcé et qui la figea sur place, yeux s'écarquillant face à ce qui ne pouvait être...Elena...C'était impossible. La porte était ouverte, elle s'avança avec lenteur, pénétrant les lieux . Elle se figea douloureusement en voyant cette jeune brune, corps nu recouvert d'un drap, ses grands yeux émeraudes ouverts vers un plafond qu'elle ne pouvait plus voir. « Tu la connais ? » Partenaire qui l'avait rejointe, qui avait remarqué son saisissement, douleur qui parait les prunelles sombres. Ses dents s'entrechoquèrent avant qu'elle ne retire les gants en latex, les déposant brutalement dans les mains de son coéquipier. « Je vais tuer ce salopard. » Et elle s'envola, s'éclipsant, sortant dans la rue. Mais l'air frais ne pouvait lui faire oublier l'horreur de la scène, les derniers instants d'une amie, abusée, tuée. Elle leva les yeux vers le ciel, se surprenant soudainement à prier mentalement envers une jeune femme qui avait à présent sa place parmi les cieux. Ce n'était plus une affaire comme une autre. Elle se promit de venger la mort de cette amie retrouvée, qui rêvait de se marier, d'avoir des enfants, d'atteindre la gloire dans son métier...Gloire qu'à présent elle ne pourrait plus effleurer. Un dossier attrapé, une étude, des preuves. Elle allait le coincer. Tout en taisant ce dossier au sein d'une famille, de deux hommes qui avaient également leur place dans la police. Elle était seule sur ce coup. La seule à pouvoir tendre son pistolet vers le visage de cette ordure. Et elle savait intimement qu'elle n'hésiterait à tirer. La mort serait la solution. Ou la mort dans une prison où il ne reverrait plus jamais la lumière du jour.

13 août 2013. Elle était assise sur un banc dans ce parc, mirant la beauté de la nature. Il faisait calme, trop calme. Ses joues étaient pâles, son regard était perdu. Une nouvelle épreuve...Six mois auparavant, l'amnésie avait frappée un frère qu'elle avait aimée et dont il avait oublié chaque souvenir d'une enfance où la rivalité avait été le maître mot avant qu'ils ne se rapprochent, entretenant une relation qui avait mis de la distance entre elle et une petite soeur qu'elle avait tant aimée, qu'elle aimait toujours autant. Amnésie qui avait bouleversée leur vie à chacun avant qu'un autre drame ne vienne à nouveau les frapper de plein fouet. Quelques jours qui paraissaient être une éternité. Une grande soeur partie, envolée, des neveux dont elle ne verrait plus le sourire ni n'entendrait plus les cris de joie. Une partie de leur famille ne verrait plus jamais le jour, parti dans un monde qu'aucune âme vivante ne pouvait pénétrer. La nouvelle les avait tous chamboulé, au moment où l'un retrouvait ses souvenirs, frappés par cette douleur. TJ mettait un masque, continuant à agir comme un enfant, mais souvent elle voyait dans ses prunelles la tristesse de ce décès si soudain. Nikolaas...Elle ne l'avait plus vu depuis quelques jours. Des appels donnés, des réponses qui ne vinrent jamais. Et Wen...Elle ne lui adressait tout simplement plus la parole, trop préoccupée par l'état d'un frère qui avait créé un fossé entre les deux soeurs, un fossé qu'elle ne savait comment franchir. Un soupir s'échappait de ses lèvres grenadines alors qu'elle se leva lentement, silhouette amaigrie depuis peu, du à ses longues heures au bureau, pour oublier une mort qui l'affectait plus qu'elle n'aurait pu imaginer. Elle marchait quelques pas, silencieuse avant que son corps ne percute quelque chose d'assez dur, lui tirant une grimace de douleur face à cette brusque brutalité. Un parfum, une odeur familière. Elle battait des cils, levant les yeux vers un visage qui refroidit ses traits. Logan. Emmerdeur de première qu'elle ne savait supporter. « Tu pourrais t'excuser espèce de crétin. » lança t'-elle, alors qu'elle était à l'origine de cette soudaine bousculade, mais elle était trop énervée et fatiguée pour réfléchir correctement, ne souhaitant entretenir une conversation avec cet énergumène. Elle n'écoutait les mots qui s'échappait de ses lèvres, cette voix rauque qu'elle connaissait pour l'avoir entendue un peu trop souvent à son goût. La seule chose qui la retenait de lui enfoncer son poing dans la figure était qu'il était un ami de Nikolaas, se demandant encore comment son frère avait pu tomber aussi bas dans ses fréquentations. « Je ne veux pas me disputer. Pas aujourd'hui Daimhín. » Et elle rendait les armes, peu amène de vouloir se battre en ce jour funeste. Elle frôla son bras, s'éloignant de sa silhouette qu'elle laissait en plan, non sans tourner légèrement la tête pour le regarder s'éloigner de quelques pas, comme un besoin soudain.



Dernière édition par Persephone L. Hudlow le Lun 9 Sep - 12:33, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:09

ALONA

Je ne te souhaite pas la bienvenue, je ne te trouve pas diablement sexy, et tu n'es pas incroyablement à tomber

Bien si tu as besoin de quelque chose, tu as le droit de venir me violer dans ma boîte MP
Nikolaas va avoir bien du mal à te protéger, je te le dis

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:13

Tu n'es pas sexy et pas à tomber du tout non plus de toute façon   

Je peux utiliser le fouet aussi dans ta boite mp ?

Je viendrais te voir en cas de souci majeur ou juste pour te violer comme tu l'écris si bien   

Niko qui ?  Arrow 

Je t'aime   Et merci  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:23

je vais t'acheter des lunettes

à tes risques et périls


le juste me suffit amplement

un brun mal rasé

aussi
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Ven 9 Aoû - 20:34

Bienvenue o/ Puis la jolie Alona Tal quoi :3 Bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Dim 11 Aoû - 1:01

Bienvenue officiellement sweety !  
Bonne chance pour ta fiche sexy girl et n'oublie pas Jake
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Dim 11 Aoû - 8:13

Bienvenue officiellement (même si on s'est croisée sur la CB) !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Dim 11 Aoû - 10:00

ariel ~ merci mermaid  

ethan ~
merci beau brun  et non je n'oublierais pas jake il est tout en haut de ma liste  

aurora ~ merciii I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Dim 11 Aoû - 10:03

Alona  Jooooo  
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche... 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Dim 11 Aoû - 10:38

Oui Jo   

Merci en tous cas   
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now. Jeu 15 Aoû - 16:58

Moi j'ai de basses fréquentations? Logan n'est pas si mal En vérité, je pense que tu es tout simplement jalouse qu'il me fréquente plus que toi n'est-ce pas? Arrow

Tu sais combien j'aime te lire, et cette présentation n'a pas fait exception Bon, je devrais peut-être réservé mes compliments vu que je ne suis qu'un "enfoiré" mais je suis incapable de garder pour moi le fait que je sois amoureux de ton histoire Notre famille déchire tout et tu déchires tout De haut en bas et de gauche à droite Enfin, je veux un rp dans les deux voies

Je te mets ta couleur divine. Tiens tu es en rose comme cet emmerdeur Alors sois sage, cours vite faire tes fiches et bien entendu choisir ton clan
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





one more night


MessageSujet: Re: (+) let me steal this moment from you now.

Revenir en haut Aller en bas

(+) let me steal this moment from you now.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Meilleur moment pour vendre un (jeune) joueur
» [Story] Vos citations du moment
» [Musique] Un moment d' ANTHOLOGIE ... j' y étais.
» Meilleur jeu PC ou PSP du moment - Action aventure
» Le grand classique des têtes connus pour mes Sackboy du moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goodbye Daylight :: RUNNING ON SUNSHINE :: at the end. :: Fiches de présentation-